juil 22

Parole à… Michaël Bruter, directeur de l’enquête sur le vote et les jeunes

Jusqu’au lancement du Congrès nous donnons la parole à des personnalités, pour qu’ils nous disent pourquoi ils s’engagent, aux côtés de l’Anacej, dans la mise en place de ce Congrès. Aujourd’hui parole à Michaël Bruter, professeur de science politique à la London School of Economics et directeur de l’enquête de l’Anacej sur le vote et les jeunes. 

© Christian-Lionel Dupont

Michaël Bruter © Christian-Lionel Dupont

Pouvez-vous nous présenter les objectifs de l’enquête sur le vote et les jeunes que vous dirigez ?

L’enquête sur les jeunes et la participation électorale, que nous réalisons avec le cabinet d’étude Civic Planet pour l’Anacej, a pour objectif d’explorer les perceptions des jeunes concernant la démocratie électorale, leurs attentes et leurs craintes ainsi que leurs attitudes vis-à-vis de plusieurs initiatives pouvant modifier l’organisation des élections. L’idée est d’essayer de comprendre la cause des comportements politiques plutôt que leur simple expression. Mais aussi d’identifier certaines propositions permettant d’accroitre leur participation électorale et de faciliter leur apprentissage de la citoyenneté. Tout cela dans le but d’améliorer le fonctionnement démocratique.

Comment s’est déroulé cette enquête ?

En pratique il y a une double enquête : un panel de 972 jeunes pré-votants de 15 à 17 ans, et un autre de 1000 jeunes primo-votants de 18 a 25 ans ont été interrogés en ligne, ce qui est un des modes les plus largement acceptés par la communauté scientifique pour les jeunes. Une première sollicitation a été effectué au lendemain des élections municipales de mars 2014 puis une seconde juste après les élections européennes. Les mêmes jeunes ont été interrogés lors des deux sollicitations. Ces jeunes ont été recrutés sur la base de la représentativité de leurs foyers (car c’est la population pour laquelle nous avons des données exactes sur la population réelle). A ce jours nous sommes en train, avec le comité scientifique que je dirige, d’analyser les résultats obtenus.

En quoi cette enquête est elle importante dans le contexte actuel ?

Tout d’abord parce que l’on ne peut que constater que, de génération, en génération, la participation aux élections est de moins en moins importante chez les jeunes. Les deux dernières élections ont encore montré la difficulté qu’il existe à mener les jeunes aux urnes, cependant, cela ne veut pas dire qu’ils sont moins intéressés par la politique… Il semble y avoir une véritable difficulté à caractériser la relation que les jeunes entretiennent avec la politique, sont-ils apathiques comme le martèlent les médias ? Sont-ils méfiants, cyniques comme beaucoup d’entre nous (scientifiques) pensons plutôt? Les résultats de l’enquête nous le dirons…

Justement, pouvez-vous nous livrer quelques résultats ?

Pour l’instant c’est plus des tendances et de toutes façons il faut garder du suspens pour le Congrès… Cependant, bien que le taux d’abstention aux dernières élections ait été très important chez les jeunes, notre enquête permet de constater qu’ils se préoccupent vraiment de la politique, ils en parlent entre eux et cherchent des conseils auprès de leurs proches. Ils sont cependant très critiques vis-à-vis du personnel politique et de leurs « mensonges » qu’ils jugent être l’une des principales causes de l’abstention. Ils plébiscitent le recours aux référendum et, malgré une défiance vis-à-vis des institutions tant nationales qu’européennes, ils semblent tout de même se sentir largement européens ! Pour la suite des résultats, rendez-vous au Congrès !

Les résultats complets seront présentés lors d’une intervention pendant le Congrès de l’Anacej au sein du parcours jeunes et adultes, le lundi 27 octobre à 14h.

 

 

 

juil 21

Expo-débat : « A quoi tu penses, quand tu penses ? »

Pendant ce 10ème Congrès, le Conseil Villeurbannais de la Jeunesse proposera une expo-débat pour échanger sur les préjugés. Programmé lundi 27 octobre à 16h, cette expo-débat s’adresse principalement aux enfants et aux ados qui participeront au Parcours des 9-17 ans.

a_quoi_tu_penses_quand_tu_pensesEn décembre 2012, dans le cadre des Grands débats de Villeurbanne,  les jeunes du Conseil Villeurbannais de la Jeunesse ont réfléchi sur le mode d’expression des jeunes et ont organisé un débat « Quelle place pour l’expression des jeunes » pour abordé le thème du silence. Le silence est-il un moyen d’expression, que signifie-t-il, comment l’interpréter, comment l’utiliser, … ?

De cette réflexion sur le silence porteur de nombreuses significations, ils ont décidé de travailler sur les préjugés et les discriminations : la représentation que l’on se fait des autres, la signification du regard, de la parole, l’apparence et l’interprétation que l’on se fait à partir des mots ou des non-dits. C’est ainsi que les jeunes conseillers du CVJ ont travaillé sur la réalisation de l’expo-débat A quoi, tu penses quand tu penses ? en rencontrant et en travaillant avec différents professionnels sur la réalisation de ce projet.

L’idée a donc été de réaliser une expo interactive présentée à la Maison du Livre de l’Image et du Son de Villeurbanne, dans le cadre du festival « Quand les souris dansent » qui traitaient du thème « Culture, handicap et éducation populaire ». Cette expo devient alors le support de débats organisés lors de différents évènements dont le Congrès de l’Anacej.

Une partie du Conseil Villeurbannais de la Jeunesse © CVJ

Une partie du Conseil Villeurbannais de la Jeunesse © CVJ

Le débat proposé pour le Congrès de l’Anacej s’appuiera donc sur l’expo qui sera présentée en amont du débat et sera rythmé par des scénettes, travaillées en atelier par les jeunes du CVJ avec la compagnie de théâtre « Du côté des étoiles ». L’objectif du débat est donc d’échanger sur le thème des préjugés dans leur généralité et de permettre une prise de conscience sur les préjugés (processus, environnement, raisons, ce qui les activer, les réactiver, les désactiver).

Permettant de faire une pause entre ateliers de réflexion et plénières, cette expo-débat permettra d’ouvrir la discussion sur un autre thème que celui de la mobilité. D’autres activités sont prévus pendant ce temps de détente du lundi après-midi, découvrez les prochainement sur le Blog du Congrès !

 

 

juil 18

Soirée au Transbordeur

Mardi 28 octobre, une soirée au Transbordeur, salle de concert de Villeurbanne, viendra clôturer ce 10ème Congrès de l’Anacej. Organisée par la ville de Villeurbanne, cette soirée diner-concert  sera placée sous le signe de la convivialité et de la fête.

Le groupe Green Daddy ©lightgraff.org

Le groupe Green Daddy ©lightgraff.org

Pour cette dernière soirée du Congrès, la Ville de Villeurbanne organise une soirée festive diner-concert au Transbordeur, salle de concerts de la ville. Au programme de cette soirée, repas puis concerts.

Nous découvrirons dans un premier temps le jeune groupe lyonnais Green Daddy et leur style « rock numérique », puis un DJ viendra rythmer la fin de la soirée.

Image de prévisualisation YouTube

En parallèle vous pourrez profiter des animations et jeux programmés par le service jeunesse de Villeurbanne et découvrir différents projets de jeunes.

 

 

juil 17

Parole à… Jonathan Bocquet, adjoint à la jeunesse et à la vie étudiante de Villeurbanne

Jusqu’au lancement du Congrès nous donnons la parole à des personnalités, pour qu’ils nous disent pourquoi ils s’engagent, aux côtés de l’Anacej, dans la mise en place de ce Congrès. Aujourd’hui parole à Jonathan Bocquet, adjoint à la jeunesse et à la vie étudiante de Villeurbanne.

Jonathan Bocquet

Jonathan Bocquet

Pourquoi est-ce important pour vous d’accueillir le Congrès ?

La ville de Villeurbanne a été pionnière en matière d’ouverture à la participation citoyenne ouvrant les conseils de quartiers bien avant que la loi ne l’exige. Par ailleurs, lorsqu’il était député, le maire Jean-Paul Bret avait été rapporteur de la commission  parlementaire sur les droits de l’enfant. C’est un sujet sur lequel il est particulièrement attentif. La création du Conseil Villeurbannais de la Jeunesse témoigne de cette volonté de leur donner la place qui leur revient. L’exigence de la concertation est dans l’ADN de la ville ainsi que la conviction du rôle majeur de l’éducation populaire. L’accueil de ce Congrès s’inscrit dans cette logique. C’est une manière de valoriser le travail effectué par l’Anacej et de promouvoir les nombreux dispositifs de la ville à destination des jeunes. En rassemblant les acteurs de la participation des jeunes, c’est l’occasion de faire avec eux le point sur les politiques jeunesses et de fixer une nouvelle ligne d’horizon.  A travers les différents ateliers, il s’agit de mettre en lumière concrètement la capacité de ces conseils d’enfants et de jeunes à exprimer leurs attentes, à débattre et à contribuer activement à la réflexion politique en faisant émerger de nouvelles idées. Notre implication dans l’anacej résulte de cette volonté de promouvoir sans cesse «  le pouvoir d’agir » des jeunes. La ville est très fière d’accueillir un événement d’une telle envergure et de témoigner aux côtés de la région de son ambition en matière de politique jeunesse. Nous espérons que cela contribuera à la diffusion des valeurs et des pratiques participatives et encouragera d’autres collectivités à faire place aux jeunes.

« On ne cesse de réclamer des jeunes qu’ils s’impliquent davantage dans la société mais on ne leur laisse pas la place et on ne leur donne pas la parole. On leur reproche de ne pas aller voter et de ne pas s’intéresser à la vie de leur cité, mais ont-ils les opportunités de le faire ? »

En quoi est-ce nécessaire d’associer les jeunes aux politiques publiques de votre collectivité ?

On ne cesse de réclamer des jeunes qu’ils s’impliquent davantage dans la société mais on ne leur laisse pas la place et on ne leur donne pas la parole. On leur reproche de ne pas aller voter et de ne pas s’intéresser à la vie de leur cité, mais ont-ils les opportunités de le faire ? Trop souvent, la place qui leur est laissée se résume à de la figuration. Si nous voulons en faire des citoyens, il faut les reconnecter à la vie locale. Pour cela il faut créer des espaces publics propices à leur participation. C’est ce que nous nous efforçons de faire à Villeurbanne via le conseil villeurbannais de la jeunesse, mais aussi par de nombreux dispositifs encourageant leur engagement, en favorisant leur autonomisation et en les accompagnant dans les projets dont ils sont à l’initiative sur le territoire. Cela demande de changer de regard sur les jeunes. Trop souvent vus comme des problèmes et jamais comme porteurs de solutions. En les associant aux politiques publiques, nous bénéficions de leur expertise, on les responsabilise bien sûr, et surtout on donne à voir leurs compétences et leur sens de l’engagement pour le collectif. Ainsi, en contraste avec la défiance dont ils sont souvent victimes, on démontre qu’ils sont légitimes dans la coconstruction de l’intérêt général. Il ne faut pas oublier que les jeunes sont les meilleurs connaisseurs de leurs quotidiens. C’est le meilleur observatoire. Il parait donc évident qu’ils doivent être entendus sur l’ensemble des problématiques qui les touchent directement en tant que jeunes. Mais pas seulement. Il faut s’efforcer plus largement de les consulter sur l’ensemble des enjeux politiques, car la société que l’on construit pour demain, c’est la leur. 

Un souhait pour le Congrès ?

D’abord, je souhaite que ce soit un moment convivial. Un Congrès, c’est avant tout des rencontres, des échanges, du dialogue. En soi, cette ouverture sur les autres participe déjà de l’éducation à la citoyenneté. Si en plus, ce Congrès permet de convaincre d’autres collectivités d’initier une démarche participative à l’égard des jeunes, ce sera une grande victoire. Mais le Congrès est aussi un temps de travail et j’espère que les ateliers seront constructifs et permettront à chacun de repartir avec un maximum d’idées nouvelles pour améliorer encore les dispositifs. Le thème du Congrès (la mobilité) promet de soulever tout un ensemble d’enjeux très divers et extrêmement importants. Je sais que nombre de mes collègues élus ont déjà pris date et seront attentifs à ce qui se dira dans ce Congrès. Nous attendons des jeunes qu’ils soient force de proposition et qu’ils nous inspirent les politiques publiques à venir. Je compte sur eux.

Propos recueillis par Simon Berger

juil 15

Pour ne rien rater du Congrès

Le Congrès de l’Anacej ce n’est pas seulement à Villeurbanne, c’est aussi sur la toile. Voici les informations à connaitre pour ne rien rater du Congrès 2014 !

rs_anacej

 

Pour les utilisateur de Facebook n’hésitez pas à vous inscrire à l’évènement en ligne. Vous pouvez aussi « liker », si ce n’est pas déjà fait (honte à vous), la page Facebook de l’Anacej ! Les membres du Comité jeunes de l’Anacej seront présent pendant toute la durée de l’événement, vous pouvez suivre dès à présent leur actu sur leur page !

Suivez l’actualité de l’Anacej sur Twitter et pendant toute la durée du Congrès suivez et participez aux débats grâce au #congresanacej.

Cette année l’Anacej est aussi sur Instagram. Pour voir les photos de l’évènement vous pouvez nous suivre mais aussi proposer vos photos du Congrès en nous identifiant @AnacejAsso sur Instagram.

Et bien sûr découvrez ou redécouvrez tous les films de l’Anacej sur notre chaîne Youtube AnacejTélé

juil 11

Remise des Prix Cap’Com Conseils de jeunes

Lors de ce 10ème Congrès, le Prix Cap’Com Conseils de jeunes, sera remis à la meilleure campagne de communication réalisée par un dispositif de participation au cours de l’année.

logo_capcomEn s’associant avec Cap’Com, l’Anacej souhaite mettre en valeur la communication des dispositifs de participation. Souvent délaissée, la communication est pourtant un outil fondamental pour rendre visible les initiatives mises en place par les jeunes au sein de leur collectivité. Ce Prix prime les campagnes qui ont été faite par un service de communication en partenariat avec le dispositif de participation ou bien à l’initiative des jeunes directement. Lauréat il y a deux ans, le Conseil Communal de Poitiers avait réalisé un clip musical pour faire évoluer les mentalités vis-à-vis du handicap.

http://www.dailymotion.com/video/xjwacv

Il est encore temps de vous porter candidat pour ce Prix en complétant le dossier de candidature et en le renvoyant à l’Anacej par mail ou bien par courrier à l’adresse Anacej 10-14 rue Tolain 75020 Paris. Cela ne vous prendra que 10 minutes !

Pour plus d’informations sur le Prix n’hésitez pas à contacter Simon de l’Anacej par mail ou bien par téléphone au 0156350537.

juil 07

Proposez-nous la musique du Congrès 2014 !

Gaëtan Roussel avec « Help Myself »  en 2010, Breakbot avec « Baby I’m yours » en 2012… Quelle sera la musique officielle du Congrès 2014 de l’Anacej ?

La boom du Congrès 2012 à Lille © SapienSapienS

La boom du Congrès 2012 à Lille © SapienSapienS

C’est à vous de décider ! Proposez-nous vos idées en commentant cet article ou sur la page Facebook de l’évènement !

Un vote sur Facebook aura ensuite lieu pour choisir la préférée des internautes…

A vous de jouer maintenant !

 

avr 17

Bienvenue!

Bienvenue sur le Blog du Congrès de l’Anacej.

anacej_congres_2014_blog_header_900x198

Ce Blog a pour objectif d’informer tous nos visiteurs sur l’actualité du Congrès de l’Anacej, Le rendez-vous national de la participation des enfants et des jeunes. Sur ce blog vous retrouverez toutes les informations nécessaires pour organiser votre participation au Congrès, le contenu des différents parcours pédagogiques, des informations sur l’Anacej, un retour sur les éditions précédentes…

Pour en savoir plus sur l’Anacej n’hésitez pas à visiter notre site internet, à vous abonner à notre page Facebook ou à nous suivre sur Twitter.

Rendez-vous le 27 et 28 octobre à Villeurbanne et dès maintenant sur ce blog!

Page 3 sur 3123